vendredi 20 février 2009

Barbarians - Chapitre 1.2 Putes et Carnage

Marco ayant fournit à Ashurban son précieux lotus pourpre, il fut décidé qu’ils iraient roder le soir venu dans le quartier des bas-fonds et devaient se retrouver à l’auberge du sanglier noir deux, la première ayant déjà brûlée de nombreuse fois sur un autre monde…. Mais ceci est une autre histoire.
Guill devant assouvir ses pulsions partit bien plus tôt dans le même quartier, il se rendit à la taverne de la serveuse rouge.
Le soir venu, lorsqu’ils se dirigèrent vers le sanglier noirII, un loqueteux les houspilla.
« Hé! toi le marin » dit t’il en s’adressant à Marco
« aurais-tu des informations pour nous » chuchota ce dernier
« c’est bien possible » répondit le mendiant d’un air conspirateur
Marco tendit alors la main vers Ashurban qui comprit que le renseignement n’était hélas pas gratuit. Il tendit une poignée de pièce à son esclave qui les remit à son informateur.
« Votre bellâtre se trouve à l’auberge de la serveuse rouge, je vous y conduis ? » Demanda t’il prêt à rendre ce petit service.
« Allons-y » souffla Ashurban réajustant sa cape avec prestance. (mouvement qu’il avait fait avec quelques difficultés lors de la visite du sergent)

Le mendiant les laissa à l’entrée de la taverne et ils entrèrent. L’ambiance de l’endroit était bien chaleureuse avec ses dames de compagnie et quelques gentilshommes venus chercher du réconfort entre leurs bras.

Marco repéra le grand noir dans l’angle du grand bar et dit à Ashurban qu’il serait temps que Guill vienne en renfort. Pendant que le sorcier prépara son sort, le vieux marin se dirigea vers le tavernier et lui rappela ce qu’il avait dis dans l’après-midi en indiquant le corpulent garde du corps. Le gérant interloqué quelques secondes, obéit à la suggestion de poster ses videurs prêts de l’homme pour le faire sortir de son établissement. Il indiqua aussi que le bellâtre était chambre 12 avec une fille de bonne famille. Marco montra à Ashurban que la situation était préoccupante et lui donna le numéro de la chambre.

Ashurban lança son sort d’invocation de barbare à l’aide de phéromones mules qui consistait à créer des copies de lui-même dans une proximité immédiate du barbare et d’être particulièrement excité afin d’ôter tout désir au barbare nommé et surtout à le faire venir le plus rapidement possible auprès de l’invocateur.
Par chance, il était dans la même auberge et les clones d’Ashurban commencèrent à s’agiter, deux d’entre eux commençant par attraper la demoiselle de charme.
Les quatre gardiens de la taverne demandèrent poliment au guerrier d’ébène de sortir, il refusa et les gardiens se firent nettement plus pressant. Il sortit alors une grande épée noire avec une lame gravée d’ inscriptions étranges et dans un mouvement fluide décapita le premier des gardes puis sectionna le bras du deuxième en ramenant l’épée vers lui.
L’attaque fût d’une rapidité incroyable et les deux autres gardes furent pris de court. Guill poussé de la chambre par les clones d’Ashurban se rua hors de la chambre et courra dans l’escalier croisant le vrai sorcier. Le sort se dissipa et un cri retentit chambre 12 alors qu’au même moment Marco lanca une de ses dagues d’un geste précis qui se planta profondément dans l’épaule du grand guerrier noir. Il jeta un regard sombre et repéra le marin-chasseur tout en étripant le troisième garde. Guill hésita lorsqu’il croisa Ashurban dans l’escalier mais s’équipa de son épée et sauta dans la salle parmis les clients et les serveuses en panique.Le grand noir s’avançait vers Marco et achevant le dernier garde mais reçu une nouvelle dague en pleine gorge qui lui trancha nette son artère. Marco dans un geste de professionnel avait lancé celle-ci entre deux clients qui courraient dans tous les sens. Guill tourna alors les talons pour aider Ashurban tandis que leur ennemi s’effondrait dans sa mare de sang.

1 commentaire:

Franck a dit…

C'est un peu court sur la fin (ou la faim ... de se battre ).
Reprenons juste avant 'Guill tourna les talons' :
Guill voyant la masse imposante du guerrier noir se frayer un chemin parmis 4 gardes armés , se dit "Voilà un adversaire à ma taille ! Laissons le patron sauver la fille, et allons tailler le bout de gras de ce compagnon de jeux !". Avec un sourire aux lèvres qui en dit long sur le plaisir qu'il va avoir à échanger le fer avec un tel adversaire, il voit passer une dague puis une autre :
"Oh mais il va me le blesser! Cela ne va pas être équitable !"
Pire ! Avec un coup de chance incroyable, Marco touche par hasard un point vital! Un homme déjà occupé! Quelle lâcheté de malandrin! Bon tant pis, y a du boulot à l'étage, allons voir si les sorciers c'est plus résistant! Mais attention Marco! faut pas retirer la nourriture des bêtes sauvages, elles mordent quand elles sont fachées!

Guill